Volume 2 Numéro 1

L'Agora

Haut et Fort !

Pour mieux connaître le rôle des commissions scolaires

De l'Écho des Patriotes - Volume 2 : Numéro 1

Normande Lemieux, Directrice généraleHélène Roberge, Présidente

Nous ne vous apprenons rien en vous disant que, sur la scène nationale, les commissions scolaires souffrent d’un déficit de reconnaissance. Certains parlent d’abolition, alors que d’autres prônent une plus grande décentralisation vers les écoles. Pour plusieurs, il peut s’agir d’opinions portées par des courants politiques, alors que pour d’autres, il est question d’une perception négative basée sur une méconnaissance du rôle que jouent les commissions scolaires auprès des écoles.

En effet, la Fédération des commissions scolaires a mené, en 2010, une enquête auprès de la population, des parents et du personnel des commissions scolaires pour en savoir plus sur leur connaissance du rôle des commissions scolaires. Il ressort de ce sondage, réalisé par Léger Marketing, que 77 % des répondants ont une perception très positive des écoles publiques du Québec, mais qu’ils connaissent mal le rôle et les services offerts par les commissions scolaires. Étonnamment, cette méconnaissance serait également partagée, dans une faible proportion, par le personnel des centres administratifs. Toujours selon ce sondage réalisé à l'échelle nationale, certains d'entre eux auraient de la difficulté à trouver des arguments s’ils avaient une discussion avec une personne prônant l’abolition des commissions scolaires…

Ce constat nous préoccupe. C’est pourquoi nous avons choisi d’aborder cette nouvelle année scolaire sous le thème de la communication. Des actions ont déjà été prises pour mieux faire connaître l’ensemble des tâches que nous réalisons, notamment, l’ajout sur notre site Web de deux nouvelles rubriques «À quoi ça sert une commission scolaire?» et «Votre argent - foire aux questions». Nous vous invitons à les consulter. N’hésitez pas à en parler à vos amis si jamais ils se questionnent sur l’utilité du travail que nous réalisons.

L'agorathèque