Volume 2 Numéro 1

Les grands chantiers

En profondeur

Journée pédagogique montérégienne : l’école secondaire du Mont-Bruno accueillera 2 000 personnes le 28 octobre

De l'Écho des Patriotes - Volume 2 : Numéro 1

Journée pédagogique montérégienne : l’école secondaire du Mont-Bruno accueillera 2 000 personnes le 28 octobre

Denis Villeneuve, coordonnateur en enseignement au Service des ressources éducatives et responsable du comité organisateur de la Journée pédagogique montérégienne.

Le 28 octobre prochain, l’école secondaire du Mont-Bruno accueillera près de 1 800 personnes à l’occasion de la Journée pédagogique montérégienne (JPM), un événement unique dans le secteur de l’éducation au Québec. Créée en 2001, la JPM permet au personnel enseignant et professionnel de huit commissions scolaires francophones et de deux commissions scolaires anglophones de partager leur expertise, afin de développer et promouvoir de nouvelles approches pédagogiques qui ont en classe une influence sur la réussite des élèves.

Organisée cette année par la Commission scolaire des Patriotes en collaboration avec la Commission scolaire des Hautes-Rivières, la JPM 2011 se déroulera sous le thème « Notre communauté éducative, 10 ans d’actions ». Près de 2 000 personnes ont confirmé leur présence, dont 250 personnes-ressources qui présenteront des ateliers. Il s’agira de loin de la plus importante édition en 10 ans. La dernière, présentée en 2009, avait attiré 1 600 personnes.

Un comité organisateur d’une trentaine de membres est à l’œuvre depuis un an pour élaborer un programme répondant aux besoins et aux attentes des enseignants et des professionnels provenant des quatre coins de la Montérégie et de l’Estrie. « Toutes les matières seront représentées. On constate un intérêt certain pour les mathématiques, le français et les nouvelles technologies, mais aussi pour les domaines plus pointus comme les métiers semi-spécialisés et les parcours de formation », indique Denis Villeneuve, coordonnateur de l’enseignement à la CSP et responsable du comité organisateur.  « Les conseillers pédagogiques ont fait un travail remarquable dans leur milieu respectif pour approcher des enseignants qui ont des projets novateurs et des outils pédagogiques intéressants à faire découvrir dans le cadre d’une journée qui a tous les aspects d’un colloque », ajoute-t-il.

L’événement comptera un certain nombre d’ateliers abordant des problématiques bien connues, comme la réussite chez les garçons et l’apprentissage du français. « Les enseignants apprécient beaucoup que les témoignages et les présentations soient faits par des collègues, parce qu’ils partagent la même réalité. Aussi, la présence de nombreux conseillers pédagogiques sur place permet aux enseignants d’établir des contacts qui sont très utiles quand vient le temps d’implanter une nouvelle approche pédagogique en classe », indique monsieur Villeneuve.

En plus des 180 ateliers offerts aux participants durant la journée, on y trouvera aussi une section regroupant une Expo-TIC (projets de technologie de l’information), un salon des lectures et un salon des exposants. L’organisation a fait appel à une centaine d’élèves de l’école secondaire du Mont-Bruno et de l’École d’éducation internationale à McMasterville, afin de bien guider les participants dans leurs déplacements, autant dans les aires de stationnement qu’à l’intérieur de l’école et pour leur permettre de se rendre rapidement dans les salles d’ateliers.

Bien que la Journée pédagogique montérégienne ne soit pas ouverte à la population, elle aura certainement des retombées dans le secteur de l’école secondaire du Mont-Bruno. « La Ville nous a accordé l’autorisation de stationner dans les rues avoisinantes en raison du nombre de places limitées dans le stationnement de l’école. On comprend que la présence de 2 000 personnes dans ce secteur peut entraîner un certain achalandage lors de cette journée du 28 octobre. Le Parc national du Mont-Bruno nous a aussi autorisés à utiliser son aire de stationnement. C’est un des moyens envisagés pour limiter au minimum l’impact ou les inconvénients que cela pourrait causer auprès des citoyens » conclut monsieur Villeneuve.

En surface

Tous les échos

    • Édition : 
    • Localisation : 
    •